fbpx

Comment le stockage flexible se met au service des entreprises et des consommateurs ?

Quelles sont les problématiques de stockage rencontrées par les entreprises ?

A l’heure du e-commerce ou le client souhaite acheter ce qu’il veut, où il veut et être livré le plus rapidement possible, les entreprises font face à de nouveaux défis logistiques. Ces entreprises doivent aussi répondre à leurs propres enjeux : gérer des surstocks, optimiser leur supply chain, se développer dans de nouveaux marchés, réagir face à des situations imprévisibles… 

Le stockage flexible doit donc se mettre au service des entreprises et des consommateurs pour répondre aux problématiques actuelles.

Où entreposer ses stocks saisonniers ?

Certaines entreprises qui recrutent une partie de l’année : restaurateurs de bords de plage ou en station, entreprises agricoles qui ont besoin d’effectif pour les cueillettes, les vendanges… ou encore les distributeurs de ski rencontrent des problématiques de stocks saisonniers. Ces entreprises font face à un énorme besoin de stockage à un moment bien précis de l’année qui varie en fonction de l’activité. Le stockage flexible permet de trouver un entrepôt adapté qui répond à ce besoin dans une durée limitée dans le temps. Ceci est possible dans la mesure ou aujourd’hui de nombreux professionnels mutualisent leurs entrepôts lorsqu’ils ont de l’espace vacants, permettant ainsi aux métiers saisonniers de gérer leurs stocks sans engagement de durée.

Comment gérer ses débords logistiques ?

Dans la vie d’une entreprise, il est courant qu’elle fasse face à des pics d’activité et à des périodes plus tranquilles. En ce sens il est parfois casse-tête de gérer l’approvisionnement de marchandises afin d’avoir en stock une quantité de produits parfaitement adaptée. Certaines sociétés se retrouvent parfois avec des débords par rapport à ce qu’elles avaient prévu de vendre. Ces surstocks ont donc besoin d’être entreposés dans des espaces supplémentaires chez un prestataire logistique ou un industriel pour du court ou du moyen terme.

Comment réagir face à l’urgence logistique ?

L’urgence par définition est impossible à prévoir. Il peut s’agir d’un incendie, d’une inondation, des travaux d’entrepôts non finalisés, un bail qui arrive à sa fin…Dans tous les cas, il faut trouver une solution rapidement pour pouvoir continuer à être opérationnel dans la gestion des stocks. Face à ces situations d’urgence, l’entreprise doit trouver un entrepôt qui a de la place en très peu de temps dans la zone géographique qui lui convient.

Comment optimiser sa supply chain ?

L’optimisation de la chaîne logistique fait partie des impératifs des entreprises d’aujourd’hui qui doivent assurer des livraisons toujours plus rapides. La stratégie consiste donc à se positionner sur plusieurs entrepôts situés dans différentes zones géographiques pour se rapprocher des bassins de consommation réduisant ainsi les délais de livraison mais aussi les coûts ! Pour avoir accès à des entrepôts décentralisés sans s’engager sur du long terme et sans prendre trop de risques, il est indispensable d’avoir recours à une solution de stockage flexible !

Comment tester de nouvelles zones géographiques sans risques ?

Enfin, une entreprise qui se développe peut avoir envie de tester de nouveaux marchés hors de sa région ou même en dehors de ses frontières. La difficulté qui se présente est qu’elle prend un grand risque financier si elle doit s’engager à stocker ses marchandises dans des entrepôts pour du long terme et qu’elle n’arrive pas à faire décoller son activité dans cette nouvelle zone géographique. Elle doit alors trouver une solution qui ne l’engage pas et qui permet quand même l’entreposage de ses stocks à proximité de ses nouveaux clients.

Trouvez une solution de stockage flexible dès maintenant

Des consommateurs de plus en plus exigeants

Quel est l’impact de l’explosion du e-commerce et de la distribution omnicanale sur la chaîne logistique ?

Depuis quelques années, l’explosion du e-commerce et de la distribution omnicanale ont complexifié la chaîne logistique. Non seulement les comportements d’achats ont évolué mais le nombre d’acteurs présents sur la chaîne logistique a considérablement augmenté (usines, fournisseurs, plateformes de distribution, magasins, points relais, transporteurs…). De nouveaux défis émergent et mettent les entreprises à rude épreuve !

Elles doivent assurer des commandes individuelles qui autrefois étaient collectives, proposer des modes de livraisons variés, gérer les produits qui ne tournent pas ainsi que les différents retours de marchandises par les clients (au magasin, au point relais etc).

Quant aux consommateurs ils sont devenus exigeants et souhaitent avoir une réelle traçabilité de l’état de leurs commandes (en train d’être traitée, en préparation, expédiée …). Face à toutes ces nouveautés, l’entrepôt doit s’adapter et avoir une organisation flexible et agile afin d’augmenter sa réactivité.

Vers des nouveaux modèles logistiques ?

Ces dernières années les frontières s’abaissent entre la supply chain et les autres services de l’entreprise (relation client, commerce). La fonction logistique évolue. Les clients ne recherchent plus simplement un achat de produit mais une réelle expérience et sont donc demandeurs de nouveaux services qui sont possibles avec à la digitalisation.

Aujourd’hui la technologie permet notamment d’avoir de l’information en temps réel concernant les flux amont (la planification des réceptions, les seuils d’alertes de stocks) et aval (le suivi des expéditions et les flux retours). Cette information est partagée avec l’ensemble de la chaîne et permet d’offrir de nouveaux services en livraison. Ce « portail collaboratif » permet ensuite d’établir des prévisions avec une grande fiabilité. Les différents partenaires de la chaîne peuvent aussi mettre en place des KPI sur cette gestion des flux afin d’améliorer leurs performances.

Certains prestataires logistiques testent également des solutions agiles de robotique mobile qui permettent d’accélérer les opérations de chargement et de déchargement des camions. On voit même des robots remplacer une partie du travail des préparateurs de commandes. En effet durant la préparation de commandes, au lieu que l’employé aille chercher les produits dans les rayonnages de l’entrepôt, c’est le robot qui s’en charge et qui transporte les marchandises (jusqu’à 600 kilos) jusqu’à la station de préparation de picking. Le gain de productivité que cela engendre en terme de manutention est énorme selon La Tribune.

Face à l’ensemble de ces nouveaux défis, il parait évident que la supply chain 4.0 sera flexible.